Consultante en sommeil : ça marche ?

consultante sommeil bebe

Les spécialistes du sommeil des enfants sont de plus en plus nombreuses et pour cause, le filon des nuits complètes a encore de beaux jours devant lui. Après six mois de nuits entrecoupées par une tétée toutes les deux heures, j’ai fait appel à Kelly Champinot de Bébés et Confidences.

Le Chiquito vient d’avoir dix mois. Que de changements ces dernières semaines : les dents, le quatre pattes, la station debout… J’ai beau savoir que les bébés font des pas de géant dans leur développement, j’en suis toujours étonnée.

La seule chose pour laquelle il a eu besoin d’un petit coup de pouce, c’est le sommeil.

Il ne dort pas ! Petit historique.

Le Chiquito est né à 39 SA, en pleine santé. Il a tout de suite bien tété. Assez vite, il a pris un rythme d’une tétée rapide (moins de 5 minutes) toutes les deux heures, jour et nuit. Comme il dormait dans un berceau tout près de mon lit, je réagissais au quart de tour. Nous nous rendormions tout de suite.

Au bout de trois mois de ce schéma, je pensais qu’il pourrait allonger un peu ses plages de sommeil. Que nenni ! La seule façon que j’ai trouvé de le rendormir efficacement était de le faire téter, même lorsqu’il a eu sa propre chambre.

Un tout petit qui se réveille beaucoup, c’est bien normal. Mais au bout de six mois de privation de sommeil, j’avoue que je n’en pouvais plus.

La méthode chrono-dodo d’Aude Becquart ?

Le grand frère du Chiquito a connu des turbulences de sommeil quand il a eu six mois. Lui qui dormait plutôt bien pour un bébé (un ou deux réveils ne me dérangeaient pas), il s’est mis à se réveiller six, sept, huit fois par nuit après un voyage.

A l’époque, j’ai fait appel à Aude Becquart, précurseuse dans le domaine du sleep training. Au bout de deux séances par Skype, j’avais un protocole à mettre en place. Surtout, au bout de deux nuits, le Niño dormait de 19h à 7h du matin. Sans douleur. J’étais ravie !

J’ai donc acheté le livre d’Aude Becquart afin d’utiliser la même méthode pour le Chiquito. (Son carnet de rendez-vous est plein plusieurs semaines à l’avance, il me fallait un plan B !).

Oui mais ma bonne dame, les enfants sont tous différents. Le protocole miraculeux pour l’ainé a lamentablement échoué pour le puîné.

Le papa et moi n’étions pas non plus à l’aise avec ce protocole qui nous semblait trop dur cette fois.

Kelly Champinot, merci !

Pour le Chiquito, je cherchais une consultante qui ait une approche plus « douce » du sleep training.

J’ai pris connaissance du travail de Kelly Champinot sur un billet de blog (encore une « sleep deprived mom« ). J’ai rapidement pris rendez-vous en réservant une formule avec suivi car je voulais mettre toutes les chances de notre côté.

Ce que j’ai particulièrement apprécié lors du premier entretien, c’est que les questions de Kelly ne se sont pas cantonnées à la nuit. Tout le rythme du Chiquito (éveil, sommeil et repas) a été examiné.

Chaque famille se voit proposer un programme différent. De notre côté nous devions essayer d’espacer les tétées, d’allonger les plages d’éveil et les siestes afin de créer un cercle vertueux pour la nuit.

Eh oui, le sommeil appelle le sommeil.

Autre élément décisif : l’accompagnement nocturne était très doux puisque la méthode proposée (comparable au Pick Up Put Down de Tracy Hogg) n’excluait pas de prendre le Chiquito dans les bras. Après deux nuits un peu difficiles où nous l’avons aidé (surtout le Papa qui ne sent pas le lait, lui ) à comprendre qu’il pouvait se rendormir sans téter, les nuits ont été beaucoup plus paisibles.

Je pense que j’avais moi aussi besoin d’un coup de pouce pour lancer le sevrage nocturne et mieux rythmer l’allaitement en journée.

Et maintenant ?

A dix mois, hormis périodes de maladie (vive la crèche !) et déplacements qui peuvent brouiller ses repères, le Chiquito s’endort sans problème à 19h. Il se réveille aux alentours de 5h pour un biberon qu’il prend dans sa chambre, dans l’obscurité et se rendort jusqu’à 6h30 ou 7h.

Les siestes ne posent pas de problème non plus. Il en fait une le matin et jusqu’à deux l’après-midi pour un total de trois heures par jour en moyenne.

Pendant le protocole, nous avons abandonné la tétine, très facilement malgré mes craintes. Le Chiquito ne suce pas son pouce mais a un doudou plat dont il raffole. Pour être exacte il en a même trois identiques pour pouvoir le changer toutes les semaines et parer à l’éventuelle perte !

Je n’ai pas regretté une seconde d’avoir fait appel à ces consultantes en sommeil pour mes enfants. Les deux ont su nous apporter des solutions sur-mesure lorsque j’étais trop fatiguée pour prendre du recul.

Avec de l’aide, un conjoint lui aussi motivé à bloc et de la constance, on y arrive. Si vous hésitez encore, assurez-vous bien que votre enfant n’a pas de problème de santé qui pourrait expliquer ses difficultés à dormir et foncez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *