Déménager avec un bébé : mes astuces pour une transition douce

Déménager avec un bébé, astuces de maman expatriée à Barcelone
Déménager avec un enfant en bas âge, mes astuces !

Quel long silence sur le blog ! Je n’ai pas attrapé la flémingite aiguë, j’ai juste déménagé. Et accessoirement changé de pays. Eh oui, adéu Barcelona, la famille Rookie vit désormais à Paris ! L’impatriation est un évènement de taille, pour les parents comme les petits. Je ne suis pas certaine que les petits aient conscience de ce « retour au pays » (a fortiori lorsqu’ils n’y sont même pas nés), mais ils se rendent forcément compte du changement de décor et de personnages dans leur petit monde. Voici quelques astuces  qui ont permis au Niño (oui, à 2 ans on n’est plus un Bébécito !) d’aborder sereinement cette nouvelle tranche de vie.

Annoncer le départ

Autour de deux ans, la chronologie est un concept très flou. Autant dire que « dans trois semaines » ne représente rien pour un enfant de cet âge. Quand nous avons été certains de la date du déménagement, j’ai commencé à en parler un peu quelques semaines avant, sans en faire un sujet récurrent. « Tu sais bientôt nous allons changer de maison, mais nous amènerons tous tes jouets et ton doudou, et bien sûr nous serons avec toi ». Puis j’en ai reparlé un peu chaque semaine avant le jour J en étant certaine d’avoir son attention. 

La formule de déménagement que nous avons choisie n’a pas nécessité de faire beaucoup de cartons à l’avance, l’appartement est donc resté inchangé jusqu’au départ. J’ai prévenu la crèche avec un mois de préavis (ce qui ne m’a pas empêchée de verser ma petite larme le dernier jour #sentimentaleforever).

S’aider d’un livre

Les livres sont d’excellents supports pour aborder les changements de la vie d’un petit, on ne compte plus les albums qui traitent de l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite soeur. Pour le déménagement, je n’ai pas trouvé mon bonheur, alors j’ai fabriqué moi-même un livre. Micha le petit ours change de maison, de crèche, mais retrouve vite de nouveaux copains et se sent bien dans sa nouvelle maison avec ses parents, ses jouets, ses livres et son doudou ! L’album fait quelques pages et même si ce n’était pas son préféré ces derniers mois, je pense que le côté personnalisé lui a permis de mieux appréhender cette étape.

Un livre pour expliquer le déménagement à un enfant

Micha déménage par l’auteur jeunesse acclamée des foules…Maman Rookie !

S’accorder un palier de décompression

Quand nous avons quitté Barcelone avec le Niño, nous sommes partis en « vacances » : parce que nous n’avions pas encore de point de chute à Paris et parce que c’était plus agréable de se dire qu’on pouvait souffler un peu et tourner la page tranquillement avant de se lancer dans un nouveau projet. Pendant près d’un mois et demi, le Niño et moi avons installé notre camp de base chez la famille. J’ai rejoint le papa déjà en poste à Paris, pour gérer les démarches autour de l’appartement. Le Niño n’a donc pas été déraciné le moins du monde, très à l’aise chez ses grands-parents.

Découvrir son nouvel environnement

Le Niño s’est installé dans le nouvel appartement quand celui-ci était déjà aménagé. Il a donc retrouvé sa chambre avec son mobilier, ses jouets, ses livres…qu’il n’avait pas vu depuis plusieurs semaines ! Un dépaysement familier, en somme ! Il n’a eu aucune difficulté à trouver le sommeil et s’est senti à l’aise très vite. Nous avons exploré le quartier ensemble, cherché et testé les parcs, fait connaissance avec les commerçants (et hop, un petit bout de pain chez la boulangère !), pris le bus, bref, nous nous sommes fait une place dans notre nouveau chez nous !

Se rappeler parfois du passé

Il arrive que nous parlions de Barcelone, en évoquant les dames de la crèche, les copains, le parc, etc. Nous chantons aussi des chansons en catalan et je sens que la mémoire du Niño turbine, même si je sais que ses acquisitions en catalan vont bientôt s’effacer peu à peu. Il gardera certainement une oreille attentive aux langues étrangères et en aura certainement le goût s’il tient de sa maman !

Profiter… ici et maintenant

En quittant Barcelone je me répétais comme un mantra « on sait ce qu’on perd, on ne sait pas ce qu’on gagne ». C’est vrai, mais avec le recul je n’ai pas de regret. D’abord parce que Barcelone n’est pas le paradis mais aussi car la vie est faite de surprises et de chances à saisir (et à se créer), Paris en était une. Pour plein de raisons, il est bon de vivre en France, notamment avec un enfant. Notre vie est ici maintenant !

Et vous ? Avez-vous changé de ville ou même de pays avec un enfant en bas âge ? Comment l’avez-vous accompagné ? 

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *