Vivre à Barcelone avec un bébé

Avantages et inconvénients de la vie à Barcelone avec un bébé, par Maman Rookie
Avantages et inconvénients de la vie à Barcelone avec un bébé

C’est la rentrée ! Le Bébécito est retourné à la crèche, chez les moyens. C’est le retour à la « vie normale » après la parenthèse enchantée de l’été, loin de Barcelone. Ca pourrait paraitre fou à ceux qui ne rêvent que de chaleur et de ciel invariablement bleu, mais je préfère quitter Barcelone l’été ! Je ne crois pas qu’une autre ville d’Europe exerce un tel pouvoir d’attraction : même sans l’avoir visitée, beaucoup ont l’air prêts à s’y installer, notamment des familles, attirées certainement par l’image « slow life » de la ville. Vivre à Barcelone avec un bébé ou un enfant en bas âge, voici mon bilan !

Si on m’avait dit, il y a 10 ou même 5 ans, que je m’installerais ici, je ne l’aurais pas cru ! Une rencontre (et le destin) m’ont amenée à Barcelone fin juillet 2012. J’aime cette ville, je suis toujours contente d’y revenir après un voyage, mais je garde un oeil critique, surtout par le prisme de la maternité.

Les avantages :

  • Le suivi de grossesse est tout à fait correct. Je n’ai pas eu envie de consulter en France ni d’aller y accoucher. Barcelone compte des cliniques très réputées et d’après les échos que j’en ai eu, les hôpitaux publics se défendent très bien également.
  • Les crèches sont nombreuses. Entendons-nous bien, les crèches privées surtout ! Il y a des crèches publiques, modernes, lumineuses avec du personnel très compétent, mais comme en France, c’est la croix et la bannière pour y inscrire son enfant. Une crèche de mon quartier a reçu 250 demandes pour 50 places pour la rentrée de septembre ! Pour sensiblement le même prix mensuel (entre 350 et 500€), les crèches privées accueilleront votre enfant. Si vous préférez une assistante maternelle (« madre de día »), c’est possible aussi, mais la profession est beaucoup moins répandue qu’en France.
  • Les Barcelonais aiment les enfants. Pas de sourcils froncés en cas de pleurs dans un lieu public. Les petits attirent les regards et les discussions (« nene o nena ? »). Le Bébécito a un fan club dans le quartier ! Les restaurants disposent très souvent de chaises hautes. Je n’irai pas dans n’importe quel endroit avec une poussette, mais globalement les commerces sont « kid friendly ».
  • Il y a une multitude de parcs pour jouer. Eh oui, rares sont les petits Barcelonais qui ont un jardin, il faut donc bien un lieu pour se défouler et prendre le gouter après l’école. Certes, le sable de chantier ruine les chaussures, mais faire du toboggan, de la balançoire et courir après les pigeons mérite bien de payer ce prix ! 😀 En été j’aime aller à la piscine des enfants, « Torre de les Aigües », en plein Eixample. Pour 1,55€, on peut patauger dans 40 cm et se rafraichir avec l’impression d’être dans une pub Evian avec tous ces petits qui courent en couches !
  • Les musées, la mairie et une foule d’organismes se mettent en quatre pour proposer des activités pour les enfants. Le site mammaproof.org (entre autres) les répertorie.

Les inconvénients :

  • La chaleur ! J’admets qu’avoir du ciel bleu en hiver, un été indien à rallonge et un printemps en short sont un luxe, mais les températures de juillet et août sont incompatibles avec mes gènes bretons. Ajoutez-y de l’humidité et vous rêverez d’aller travailler chez Picard, votre enfant sous le bras. Depuis que le Bébécito est né, j’ai eu la chance de pouvoir passer du temps au frais en Bretagne pendant les semaines les plus chaudes. L’été 2015, sans climatisation, a été très dur. Avoir chaud est une chose, s’inquiéter pour son bébé en est une autre. Désolée Barcelone, mais l’été je te préfère en carte postale !
  • Le bruit. Eh oui, 1,6 million d’habitants doivent se déplacer. En voiture, en moto, en scooter…Dans le centre, le ronron des moteurs, les sirènes d’ambulance et les klaxons ne s’apaisent que le dimanche. Parfois je rêve de grands espaces verts, loin de toute agitation et accessible en bus (avec la poussette !). Ah, j’ai confondu Barcelone et Berlin ? 😀 Le climat méditerranéen rend impossible l’entretien de grands espaces verts, c’est normal. Ne me parlez pas du parc de la Ciutadella, il n’y a jamais de place sur les toutes petites pelouses, c’est toujours plein à craquer et il y a des vapeurs que je préfère ne pas faire sentir à mon petit garçon… #schtroumpfgrognon
  • L’absence d’aide sociale. En Espagne, vous ne recevez absolument rien à la naissance d’un enfant. Les allocations familiales n’existent pas. Les 100€ par mois pour une jeune mère ne sont pas un cadeau mais une déduction d’impôts. Je me demande comment font les familles qui ont deux enfants en bas âge à la crèche, un sacré budget !

En conclusion, « Barcelona t’estimo »…mais pas aveuglément ! On verra où le vent nous portera dans le futur, mais d’ici là je suis heureuse de voir mon Bébécito marcher sur les jolis pavés de Gaudi.

Et vous, contentes de votre vie de famille à Barcelone ? Si vous n’êtes pas du coin, avez-vous envie de venir vous y installer ?

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *